Chimiothérapie

Quelque temps après l’opération, j’ai eu mon premier rendez-vous avec l’oncologue, le 26 décembre 2017. Après avoir passé de nombreux examens et une opération qui m’a mis KO, suite du protocole médical : la chimiothérapie !
Mon oncologue m’a annoncé que je devais me faire poser un « PAC ». C’est un petit boîtier implanté sous la peau lors d’une petite intervention sous anesthésie locale. Il permet de recevoir les médicaments de la chimio par voie veineuse. Cela évite de piquer et de repiquer les veines superficielles.

Elle m’a donné une ordonnance avec PLEIN de médicaments. Tout dépend de la molécule utilisée pour vous soigner. J’ai commencé par Taxotère et Endoxan. La majorité des médicaments prescrits étaient des anti-nauséeux. Les autres ne servent que si vous avez des effets secondaires.

Les effets secondaires de la chimio

Tout notre organisme peut être perturbé, de la racine de nos cheveux jusqu’aux ongles de nos orteils ! Il faudra apporter des soins particuliers à votre peau, vos mains et ongles, votre visage et vos cheveux. Sans oublier l’intérieur de votre corps (surtout le foie) et oui ça fait beaucoup ! Dans ma tête, c’était à nouveau la panique.

Il est très important de savoir, que les effets secondaires varient beaucoup d’une personne à une autre. Les plus courants sont la perte des cheveux, les nausées, la fatigue, les diarrhées ou la constipation… J’ai suivi les conseils de l’équipe médicale et j’ai fait beaucoup de recherches pour m’aider avec des compléments alimentaires.

En ce qui concerne la chute des cheveux, au début, je ne voulais pas porter de perruque. On m’a fortement conseillé d’aller en choisir une: cela évite les questions répétitives de toutes les autres personnes que vous croiserez. Et il est préférable de le faire avant de perdre tous vos cheveux, afin de montrer votre style et d’être mieux conseillé pour un modèle qui vous correspond.

La veille de chaque séance, vous devrez faire une prise de sang, et toujours au même bras ! Nous ne devons plus nous faire piquer du côté du sein opéré…

Déroulement des séances de chimio

Lors de chaque séance, je commençais par une consultation avec mon oncologue pour échanger sur mon état de santé.
A la fin de la visite, elle prescrivait le dosage des médicaments pour la perfusion qu’elle envoyait par mèl au service chimio.

Ensuite, je me rendais au service de chimio. Une infirmière me plaçait l’aiguille qui servait pour les perfusions (dans le PAC). Puis je m’installais sur un fauteuil inclinable avec repose-jambes en attendant les médicaments.

Pour limiter le syndrome mains-pieds et la détérioration de vos ongles, on vous proposera des « gants bleus » réfrigérants. J’ai porté les gants bleus et la bande réfrigérante autour des chevilles.

J’avais l’impression de mettre mes mains dans une bassine remplie de glaçons ! 😢 Le plus dur c’était les vingt premières minutes ! Je devais les garder pendant toute la perfusion de Taxotère (et Taxol par la suite) qui durait une heure. Parfois, ça me touchait jusqu’à l’estomac. Une infirmière m’avait conseillé de les enlever quelques minutes et de les remettre. Cela permet de calmer la douleur causée par le froid. Pour les chevilles, la sensation de froid est beaucoup moins forte.

Mon oncologue ne m’avait pas proposé le « casque bleu », car je souffre régulièrement de très fortes migraines. Pour celles qui n’ont pas ce problème, n’hésitez pas à l’essayer: de toute façon rien n’est imposé et vous pouvez arrêter quand vous le désirez même pendant la séance.

Durée d’une séance

La durée de la séance varie selon le nombre de médicaments. Au début, j’avais un anti-nauséeux, un anti-allergique (20 minutes), puis un liquide de rinçage (quelques minutes) entre Taxotère (1h) et Endoxan (30 minutes).

La durée varie aussi selon l’attente de l’infirmière entre chaque changement de poche. En arrivant vers 9 h, je repartais aux environs de 13 h.

Pour les deux premières séances, mon mari était présent et cela m’a fait beaucoup de bien. Il faut savoir que je crains énormément les milieux hospitaliers, je suis une hypersensible aux aiguilles, au sang…je ne peux pas regarder quelqu’un faire une piqûre, même à la télévision !

J’ai une sensibilité à fleur de peau… et c’est le cas de le dire ! Suite à ma deuxième chimio j’ai fait une réaction allergique. Pendant dix jours, j’ai eu de très fortes démangeaisons qui ont fait le tour de mon corps (du cou jusqu’aux orteils). 😣

Si vous avez une réaction de votre peau : il faut utiliser uniquement les produits recommandés pour les peaux atypiques. N’hésitez pas à demander conseil à l’infirmière coordinatrice.

Mon oncologue a pensé que je faisais une allergie à Taxotère et m’a fait passer au Taxol. J’étais très déçue, car je devais me rendre à l’hôpital toutes les semaines pour les perfusions de Taxol. Sans oublier la prise de sang à faire la veille. Avec Taxotère c’était toutes les trois semaines.

Traitement pour booster les globules blancs

Quelques jours après chaque séance de chimio, une infirmière devait me faire pendant cinq jours une injection de « zarzio » (filgrastim) pour rebooster mes globules blancs.

Après la troisième injection, dans la nuit, j’ai eu des violentes douleurs en bas du dos et dans les cuisses ! J’ai tout de suite pensé à « zarzio ». Le matin, j’ai téléphoné pour faire annuler ma 4ème piqûre. En faisant des recherches, j’ai lu que certaines personnes étaient hospitalisées à cause de « zarzio » pour des douleurs violentes similaires (douleurs musculo-squelettiques). Le lendemain, j’ai fait annuler ma 5ème injection. Les piqûres « zarzio » m’ont mise KO !

J’en ai parlé aux infirmières lors de mes séances de chimio. Elles m’ont expliqué qu’effectivement, certaines femmes arrivaient à supporter la chimio, mais pas les piqûres.

Je n’étais pas du tout rassurée. J’en ai parlé avec mon oncologue et j’ai demandé à limiter au maximum ces injections. Le problème c’est que si les globules blancs diminuent trop notre corps ne peut plus se défendre contre les microbes !

 

FIN DE LA CHIMIO mais pas des soins ! 

Dans mes recherches beaucoup de personnes conseillaient de continuer la plupart des soins après la dernière séance de chimio, et je le confirme.

Mes sourcils ont commencé à tomber trois semaines après et ma peau était toujours très sensible avec un grand besoin d’hydratation. Donc, il faut encore prendre très soin de soi ! Corps, mains, ongles … et aussi s’hydrater la tête pour aider les cheveux à repousser.

J’ai continué mes cures pour le nettoyage du foie.

Dans tous les cas, soyez toujours à l’écoute de votre corps.

 

La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, mais c’est d’apprendre à danser sous la pluie.

Sénèque

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *