Radiothérapie et compléments alimentaires

Les molécules de la chimio sont encore présents dans notre organisme. Il faut continuer de bien prendre soin de soi.

 

 

J’ai continué certains traitements que j’avais commencés pendant ma chimiothérapie.

  •  Nettoyer le foie
    Je variais les cures en prenant du desmodium, de l’artichaut-radis noir (sous forme d’ampoule)…
  • Régulariser la flore intestinale
    Avec de la Chlorophylle, pendant la chimio je prenais une gélule par jour.  J’ai continué et vers la fin des rayons, j’en  prenais seulement une tous les deux jours.

En suivant les conseils du livre « anticancer du sein » (l’accompagnement de la radiothérapie p. 117), j’ai également pris :

De la Vitamine C

J’en prenais sous forme de comprimé à croquer et je buvais régulièrement de l’eau avec du jus de citron.

Du Thé vert

Le thé vert est consommé par les personnes atteintes de cancer pour ses effets de renforcement des défenses naturelles. Il est antioxydant. Il pourrait ralentir la progression du cancer du sein.

J’en buvais une tasse par jour après le repas (en remplacement de la tisane digestive que je prenais pendant la chimio).

 

J’avais déjà fait des cures de lithothamne et d’huile de foie de morue avant cette maladie. J’ai pensé que cela pourrait m’aider en complément du reste.

Le lithothamne pour l’équilibre acido-basique

Le lithothamne est une algue rouge de la famille des coraux. Elle contient des oligo éléments (cuivre, manganèse, iode, cobalt, fer, zinc…) et aussi du calcium et du magnésium.
Grâce à sa richesse en minéraux, le Lithothamne est indiqué en cas d’acidité gastrique.

L’acidité gastrique peut être causée par un repas trop copieux ou par certains aliments (viande, friture, charcuterie…).  Elle est aggravée par l’alcool et le tabac.

L’acidité est accentuée chez les personnes nerveuses et très émotives. Le stress favorise également l’acidité.

Le lithothamne permet de retrouver un bon équilibre acido-basique après le lourd traitement de la chimio.

Il est contre indiqué en cas d’insuffisance rénale.

Pour en savoir plus sur le lithothamne : naturmania.com

 

J’essaye toujours de trouver et de consommer des produits récoltés et fabriqués en France.

 

 

 

Lithothamne sur amazon

 

L’huile de foie de morue

Au bout de trois semaines de traitement, ma peau tiraillait et rougissait de plus en plus, j’ai rajouté l’huile de foie de morue (que j’avais déjà pris pendant une grande période de ma chimio).

En plus d’apporter de la vitamine D, elle contient de la vitamine A bénéfique pour la peau. De nos jours, on peut trouver de l’huile de foie de morue en gélule ce qui facilite la cure.

Vitamine A :

Une cuillère à soupe (13.6 g) d’huile de foie de morue contient 136% du maximum journalier à ne pas dépasser pour la vitamine A (Rétinol). La vitamine A s’accumule dans le foie et peut atteindre une concentration suffisante pour provoquer une hypervitaminose A.

La concentration en vitamine A est très variable d’une morue à une autre, avec un possible risque de surdosage si elle est consommée en grande quantité comme source d’oméga-3. De plus, elle peut contenir certains polluants. Les risques peuvent être réduits quand l’huile est filtrée, raffinée ou purifiée.

Les besoins quotidiens en vitamine A pour un adulte sont estimés à 2 400 UI (femme, femme enceinte exceptée) ou à 3 400 UI(homme) soit de 0,7 à 1 mg environ.

Huile de Foie de Morue 1000mg 180 Gélules sur amazon

 

Vitamine D

La posologie en France est tellement basse par rapport aux autres pays, qu’il est difficile de savoir où se situe vraiment le surdosage… La vitamine D comme la vitamine A ne s’élimine pas de l’organisme si on en consomme trop !

Essayer de faire des cures uniquement sous forme de gélules (étant donné qu’elles sont mieux dosées cela comportent moins de risque).

LEPPIN – Huile de FOIE DE MORUE 200 capsules  sur amazon

 

Divers

Il faut continuer de bien boire, pour hydrater la peau de l’intérieur.

En ce qui concerne l’alimentation, j’ai gardé le même rythme que pour la chimio : pas de fritures, pas de plats industriels…

D’ailleurs, pendant les séances de chimio je n’ai pratiquement pas eu de nausée, par contre, pendant les séances de radiothérapie j’en ai eu plusieurs fois. Elles étaient de courtes durées mais souvent présentent. Mon oncologue m’a dit que cela arrivait à certaines personnes. Elles sont dues à la fatigue et au stress du traitement.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *