L’après cancer

A la fin des rayons, la plupart des gens pensent que tout est fini, que la vie continue comme avant.
La vie continue, certes, mais pas comme avant, non, en tout cas pas pour moi… et je sais pour avoir échangé avec d’autres femmes qui ont eu un cancer du sein, qu’elles ressentent la même chose.


En effet, quand il s’agit d’un cancer hormonodépendant, il reste toujours une épée de Damoclès au-dessus de notre tête.

A mon dernier rendez-vous, mon radiothérapeute m’a prescrit Nolvadex. Un traitement hormonal (tamoxifène) à prendre pendant cinq ans. J’ai fait des recherches et les effets secondaires que j’ai vus m’ont donné des frissons dans le dos. J’ai parcouru des blogs et des forums : des femmes ont arrêté le traitement suite à des douleurs trop lourdes à supporter. Sans parler qu’il peut provoquer le cancer de l’utérus !

Ce médicament réduit les risques, mais ne les élimine pas.

Mon bras, du côté opéré est devenu fragile ! C’est facile de dire « faut pas se fixer la dessus et vivre normalement ! ». Pour éviter un lymphœdème (le syndrome du « gros bras »), je dois me désinfecter à la moindre égratignure.  Je dois également éviter de porter une charge de plus de 5 kilos à bout de bras… Dès que je force un peu trop, des picotements et une fatigue musculaire se font tout de suite ressentir.

Et mon sein enlevé !! Ma fille m’a demandé « Maman, puisque tes cheveux repoussent, ton tété, il va repousser aussi ? » « Non ma chérie mon tété ne repoussera jamais ». Pour celle qui le désire, il y a bien sûr, la reconstruction. Mais en ce qui me concerne, je n’ai pas du TOUT envie de recommencer un circuit médical et de retourner dans une salle d’opération !

Mon oncologue m’avait proposé de suivre le programme ARTEMIS. Il est organisé pour des femmes qui viennent de terminer les traitements pour un cancer du sein et il est pris en charge en totalité. C’est un programme très complet.
Il est composé de séances collectives  : Activités Physiques Adaptées (APA), temps d’échange collectif, temps d’informations sur la santé, la prévention du lymphœdème, la diversité alimentaire…

Il y a aussi des soins individuels : massage par une kiné (pour la cicatrice et autre zone douloureuse si besoin), psychologue, suivi sur le plan nutritionnel avec une diététicienne…

Pendant tous les soins médicaux, j’ai croisé des personnes, mais je n’échangeais pas beaucoup avec d’autres malades. Je me suis sentie un peu « seule » à vivre cette maladie. J’ai donc fait les démarches pour m’inscrire au prochain groupe de dix personnes qui démarrait fin août 2017.

Le fait de me retrouver avec neuf personnes qui avaient vécu la même chose que moi, ça m’a fait beaucoup de bien. Nous avions toutes une personnalité différente et pourtant la complicité entre nous a été très rapide. Pendant trois mois, c’était toujours avec un grand plaisir que je me retrouvais parmi elles, le mardi et le jeudi. Nous avons papoté, ri (fou rire garanti 😁surtout si vous tombez dans une bonne équipe), mangé, fêté des anniversaires, transpiré… ensemble ! Oui, et je souligne bien le mot transpiré, c’est une véritable remise en forme de tout le corps : ce n’est pas de la thalasso relax ! Les cours APA sont parfois très fatigants, mais super intéressants car très variés : de la marche en début de matinée, step, aquagym (nous avons fait du basket dans une piscine et même des sauts de biches 😀 !), séances de volley en position assise (c’était génial), de l’escrime, du vélo… .

Le dernier jour, j’ai été TRES triste de les quitter et j’ai enchaîné les quatre jours suivants avec une terrible migraine. Malgré la reprise d’activité, nous avons gardé un lien et nous avons régulièrement des pensées bienveillantes les unes pour les autres. Donc, n’hésitez pas à demander le programme ARTEMIS (organisé dans les cliniques « les IRIS ») pour les résidentes de la région Rhône Alpes (ou tout autre programme similaire selon votre région).

C’est une étape importante avant la reprise du travail. Cela permet de se remettre sur les rails et de reprendre une vie sociale avec un rythme régulier à suivre. Après toutes ces péripéties, il faut reprendre le chemin du boulot ! Le mi-temps thérapeutique est fortement recommandé, pour une reprise en douceur.

Une pensée pour mes amies « Irissiènes »

Arrivée au bout d’un chemin semé de peur
J’ai rencontré 9 femmes qui m’ont apporté beaucoup de chaleur
Une complicité est née
Qui j’espère durera des années
Malgré notre malheur et quelques pleurs
Nous étions toujours de bonne humeur
Je vous souhaite à toutes de vivre intensément le moment présent
En mettant de côté les gens qui sont restés indifférents
Que cette nouvelle vie vous apporte de la douceur
Et surtout beaucoup de bonheur !

Très affectueusement Gisou 😍

 

2 commentaires

2 réflexions au sujet de « L’après cancer »

  1. Je viens d’être opérée du sein pour un cancer en stade 2 et de trouver sur ce site toutes les infos qui pourraient m’être utiles et répondre à beaucoup de mes interrogations. Je vous remercie d’avoir fait preuve d’autant de générosité et de mettre à disposition toutes ces infos bien utiles à chacune. Je vais déjà bénéficier de tous ces conseils et en faire profiter ceux qui croiseront ma route et devront affronter avec le plus de douceur possible ce tumulte dans notre vie de femme. Je vous souhaite une excellente santé et surtout de garder toujours en vous cette lueur d’espoir que demain est un autre jour rempli de joies et de bonheur.

    • Je vous remercie pour votre chaleureux commentaire. J’espère que mes « astuces » vous seront utiles pour avancer sereinement sur le chemin de la guérison. Prenez soin de vous et essayez de vous distraire car le moral est aussi important que les médicaments. Je vous souhaite un très bon rétablissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *